L'arbre artificiel

21 mars 2016

C'est un vieux rêve que celui de reproduire le processus de photosynthèse des plantes. Parmi les projets les plus aboutis, celui des "feuilles artificielles" du professeur Klaus Lacker et son équipe, à l'Université de Columbia. Lorsque l'air est sec, une résine absorbante piège le CO2, qui est ensuite relâché dans un espace confiné humide. Il peut alors être stocké ou solidifié dans de la roche par exemple. La capacité de fixation du carbone de cet "arbre artificiel" est 1 000 fois plus grande que celle d'un arbre naturel.

 

De quoi lutter efficacement contre la pollution ? Il y a malheureusement un hic. Chaque tonne de CO2 fixée par cet arbre artificiel revient à environ 200 dollars. Même ramené à 30 dollars, comme le prévoit l'auteur, cela reste largement au-dessus du cours actuel des droits à poll

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…