Récolter des données, c'est bien. Savoir quoi en faire, c'est mieux... La start-up française OpenDataSoft aide ses clients à valoriser leur Big Data, jusqu'aux Etats-Unis !

23 mars 2016

Stocker de grands volumes de données, c'est un métier. Les rendre utilisables est une autre affaire. C'est le domaine d'OpenDataSoft. Fondée en 2011 par trois anciens d'Exalead, un moteur de recherche Internet acheté par Dassault Systèmes, cette firme parisienne est déjà l'un des grands spécialistes français de la valorisation et de la visualisation de données. C'est le cas dans le domaine de l'open data, ces données mises à disposition par des collectivités, des services publics ou des entreprises.

 

Dossier à lire : Big data, une révolution numérique

« Le mouvement est parti des Etats-Unis en 2008 lorsque l'administration a décidé de mettre l'information à disposition des citoyens pour favoriser l'économie, explique Franck Carassus, directeur marketing et cofondateur d'OpenDataSoft. Il s'est étendu ensuite au Royaume-Uni avant de toucher la France en 2011 ». Les moteurs de recherche et le traitement de grands volumes de données n'étant pas sans analogies, les dirigeants d'OpenDataSoft ont réfléchi au meilleur moyen d'ouvrir ces données. Leur technique repose sur deux piliers, la visualisation, avec des graphiques, des données et les API - des interfaces de programmation - permettant de les traiter.

Opendatasoft est déjà reconnue aux Etats-Unis

Résultat, l'entreprise qui compte une vingtaine de salariés a convaincu des ministères, des collectivités comme la Ville de Paris, des entreprises de réseau comme Veolia, la SNCF, la RATP ou encore Keolis. Des journaux, des compagnies d'assurances comptent aussi parmi ses quelque 70 clients. OpenDatasoft s'est même attaché, au début 2015, la clientèle du comté et de la ville de Durham en Caroline du Nord. « Le marché est très mature aux Etats-Unis et débouche sur un grand mouvement civique qui utilise la donnée publique pour améliorer la vie des gens, poursuit Franck Carassus. Nous nous attelons à bien comprendre cet écosystème pour en faire un terrain de conquête ».

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…