Entreprenariat : l’APME répond aux difficultés des jeunes

 

«Cameroun 2018-2025 : quelles opportunités pour les jeunes entrepreneurs?». C’est sur cette question qu’ont porté les échanges tenus le 14 mars dernier à la chambre d’agriculture. Les jeunes entrepreneurs ont, pendant plusieurs heures, entretenus le public sur les voies et moyens nécessaires, pour devenir entrepreneur au Cameroun.   Parmi lesdits invités, se trouvait le directeur général de l’accompagnement des petites et moyennes entreprises (DG APME). Celui-ci y était, en qualité de représentant du ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Économie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa).

Dans sa posture de présidente Centre/Sud et représentante du président national de l’Ajecam, Adelaïde Nguejo a pris la parole. Après avoir remercié, le représentant du ministre, la jeune entrepreneure a dit que le climat des affaires au Cameroun, «laisse entrevoir un insuffisant développement de l’entrepreneuriat». Pour elle, les jeunes rencontrent beaucoup trop de difficultés dans la création et le fonctionnement de leurs entreprises. Notamment,  celles relatives aux «lourdeurs administratives, au manque de financement, à la fiscalité et au manque d’encadrement du jeune entrepreneur».

Cependant, elle a demandé aux jeunes de ne pas baisser les bras; puisque, «les jeunes entrepreneurs ont un poids considérable et un rôle capital à jouer dans le développement du Cameroun». C’est la raison pour laquelle a-t-elle ajoutée,  avant d’entreprendre, un entrepreneur doit «développer un produit ou un service, faire son étude du marché, pour débusquer toutes les possibilités d’affaires».

Facilités

Prenant la parole à la suite du membre de l’Ajecam, le directeur général de l’accompagnement des petites et moyennes entreprises (APME) a félicité et encouragé, l’initiative de l’association des jeunes entrepreneurs. Ensuite Louis Marie Bagda a précisé que « la PME occupe une place de choix depuis toujours dans les politiques publiques ». Pour manifester cette présence de l’Etat dans l’entreprenariat jeune, le DG APME a assuré que le vœu du gouvernement est « de voir les entrepreneurs adhérer à la vision du chef de l’Etat que nous implémentons au quotidien à leur égard dans notre segment spécifique qu’est l’entrepreneuriat ». Cerise sur le gâteau, l’homme affirme qu’il est désormais possible de créer une entreprise au Cameroun avec la «modique somme de 42 000 francs CFA ».

Pour cela, il suffit de se rendre dans des «Centres de formalités de création des entreprises» qui ont été créés, pour permettre la création d’entreprise en 72h, au Cameroun. Ce n’est pas tout. Les entreprises nouvellement créées peuvent aussi bénéficier d’un accompagnement et d’un encadrement fiscal ; tout en étant exonérés du payement de la patente, pendant les deux premières années d’existence, au sein des Centres de gestion agrées (CGA). Pour finir, le DG l’APME, a promis le soutien gouvernemental à l’Ajecam, véritable accompagnateur des futurs entrepreneurs.

Née en 2010, l’Ajecam compte 200 membres. Ce groupe de jeunes entrepreneurs, souhaite vulgariser l’entrepreneuriat et participer au développement durable au Cameroun. D’où son objectif d’«accompagner l’entrepreneur sur le chemin difficile mais très enrichissant qu’est l’entrepreneuriat».

Promotion de l’entrepreneuriat en milieu jeunes : des manuels et du matériels didactiques offerts

Des manuels et du matériels didactiques pour la promotion de l’entrepreneuriat en milieu jeunes. Désormais l’APME dispose d’outils pour mieux réaliser ses missions avec la reception récente avec la deuxième vague de don de la ville de Genève en Suisse.Un package remis au directeur général de l’Apme, Jean Marie Louis Badga par le représentant de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced), Philipe Rudaz. C’était en présence du ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmessa), Achille Bassilekin III. Dans cette dotation, on retrouve entre autres ordinateurs, imprimantes, manuels didactiques et cahiers.  Le Dg de l’Apme a réitéré sa gratitude à la ville de Genève et à la Cnuced pour cette marque d’attention à l’endroit de l’institution dont il a la charge.  Dans le même ordre d’idées, Jean Marie Louis Badga a relevé que cette offre tombe à pic. Ceci dans la mesure où elle permettra, entre autres, de faciliter l’organisation de certaines activités du programme promotion de l’entrepreneuriat en milieu jeune, d’améliorer la qualité de l’accompagnement des jeunes entrepreneurs et d’élargir les zones d’interventions de l’Apme. « Nous avons engagé un programme pour permettre aux jeunes d’être plus incisifs dans la création d’entreprises. Ce manuel de procédures qui est un référentiel de formation va nous permettre de continuer à outiller les jeunes dans les lycées, collèges, universités et dans les zones rurales », a précisé le Dg de l’Apme. En clair, il sera question de sensibiliser et de pouvoir réveiller le génie de l’entrepreneuriat qui sommeille chez les jeunes. Ce don rentre dans le cadre  d’un processus initié en 2017 et dont la première vague avait été réceptionnée en mai 2018

 

Exemple de formations des jeunes par l'apme : cas d'Elig-Mfomo

Ils ont reçus leurs attestations de fin de formation le 11 octobre dernier à Elig- Mfomo .

À l’initiative de l’hon. député jeune Fabien Mvogo et des parlementaires jeunes de la Lekié, soutenue par le maire Stanislas Ayissi , appuyé par l’hon. Gaston Komba , les jeunes du département de la Lekié ont reçus cinq jours de formation sur le développement de l’esprit d’entreprenariat à  Elig- Mfomo au Stania Hôtel , sur la conduite des experts de l’agence des petites et moyennes entreprises (APME).

Audacieux, sérieux et par un dynamisme appréciable, les jeunes de l’arrondissement d’Elig-Mfomo ont réussi à engager les pouvoirs publics, et leurs élites. Le maire Stanislas Ayissi, très proche des jeunes, et soucieux de leur avenir , a saisi l’opportunité . C’était alors , un 28 août 2019. Le temps d’une session d’un jour , visant le réaménagement moral, la sensibilisation sur certains fléaux et le renforcement des capacités en entrepreneuriat, leadership et autres , et pourtant très intéressant. « je dois avouer que le 28 août passé, j’ai assisté à un atelier de formation des jeunes en entrepreneuriat par l’APME . Une initiative du jeune député Fabien Mvogo. Au regard de la profondeur des connaissances , et des délais étant court , je me suis engagé ce jour à offrir une formation d’une semaine à mes jeunes du département de la Lekié ». Confie Stanislas Ayissi, maire d’Elig – Mfomo .

 Durant  cinq jours, les jeunes venus des neuf arrondissement que compte le département de la Lekié, ont développés en eux l’esprit d’entrepreneuriat . Les experts de l’agence des petites et moyennes entreprises ont pu les inculquer les compétences(motivation, créativité, communication, leadership et bien d’autres) certaines devant les amener à attirer une réussite dans leur aventure entrepreneuriale .Cette formation les a capacités sur la recherche des financements, le montage des projets, le suivi de ceux-ci . Ce qui leur a conduit à la formation de 05 groupes , assortis des projets. Ils ont monté des projets en agroalimentaire, services , en élevage et environnement. Au cour de la cérémonie de clôture que ces projets ont été présentés tour à tour aux autorités. Le premier projet à solliciter les financements auprès du maire est «protect world » , et s’en est suivi le « Zénith agroalimentaire » , « société de l’élevage pour le développement » , puis « établissement un pour tous et tous pour un » et en fin « Global Agri Trans ». Avec une présentation digne d’intérêt , ces jeunes ont fait montre de leurs attitudes et aptitudes reçu en entrepreneuriat. Poussant même les autorités à l’action . Le maire d’Elig- Mfomo , chef d’orchestre s’est réjoui d’ailleurs du résultat. Au passage « je voudrais tout d’abord remercier le DG de l’APME et l’hon. Gaston Komba , c’est parce qu’ils ont bien voulu nous accompagner que nous sommes au terme de cette formation. » a t- il souligné.

Parti pour l’éveil entrepreneuriale à Elig- Mfomo ,  l’équipe de l’APME a été captivée par l’engouement des jeunes. Et avec l’appui du maire , les experts sont revenus donner les armes nécessaires  aux fils et filles de la Lekié, afin de pouvoir  rêver et voir grand . Une opportunité qu’ils ont saisis , en élaborant cinq projets. « D’abord tous ces projets sont de bon projets. Parce que ce sont les projets qui viennent résoudre les problèmes d’Elig- Mfomo. Ce sont les opportunités identifiées par ces jeunes et qui vont être travaillées en profondeur . Aujourd’hui l’APME a mis en place une plate forme d’accompagnement , d’élaboration des projets . Donc , rassurez vous les jeunes du département de la Lekié vont être les premiers à en bénéficier. Leurs projets seront suivis par les coach , les experts à travers des smartphones. » a indiqué Jean Marie Louis Badga , directeur général de l’APME. Pour mieux satisfaire ces jeunes, le DG de l’APME a promis présenter ces  projets finalisés aux investisseurs. Dans le même dessein, en occurrence l’accompagnement des jeunes de la Lekié, après cette formation, l’honorable député à l’Assemblée nationale Gaston Komba s’est engagé à appuyer les premiers projets qui auront une visibilité sur le terrain. Une nouvelle qui vient booster les efforts de ces jeunes . Au passage , ils ont promis de faire bon usage des connaissances reçus . « Je suis rassuré et confiant . Nos projets vont être matérialisés » a réagit l’hon. Député jeune Fabien Mvogo .

Cette cérémonie tant courue , s’est refermée par la remise des attestations de fin de formation à ces 60 jeunes par le sous-préfet de l’arrondissement .

Fermer le menu